Expert encourage les scientifiques et les médecins à utiliser les réseaux sociaux “au profit de leurs patients”

1 12 2011

Le directeur de la Centre Global eHealth Innovation de la Université de Toronto au Canada, Alejandro Jadad, encourage les médecins et les chercheurs à utiliser les réseaux sociaux dans leur pratique quotidienne et, Même si on considère qu’ils sont “la source de connaissances plus importantes qui peuvent faire face à, pour l'instant absents “elles sont ne sachant pas effet de levier pour le bénéfice des patients”.

Dr Jadad préconise par la “redéfinir le rôle des médecins et des chercheurs” dans une société où la technologie change donc “effrayant mais passionnant”, dit.

De plus,, Il a encouragé ses collègues à utiliser certaines plateformes comme ‘ Facebook ’, où avertit que “Il y a plus de 600 groupes qui traitent du cancer du sein”. “Personnes y aller parce que vous avez des symptômes, ils veulent partager leurs expériences, mais personne n'apporte de réponses”, se plaint.

De la même façon, reconnaît que “Si vous partagez les informations provenant d'études sur le réseau, ‘ Wikipedia’ Il pourrait être l'endroit où trouver la meilleure information disponible sur le cancer”.

Dr Jadad a été un pionnier en répondant à une consultation médicale par courriel à 1991 “et à la demande du patient”. Depuis, asegura “prescrire” vidéos, faire des requêtes par ‘ Skype ’, et “animer” leurs patients à utiliser le courriel pour communiquer avec, quelque chose qui “ils n'ont jamais abusé”, aseguraassure

Malgré tous les, Il reconnaît que ces changements dans la relation médecin-patient posent un dilemme éthique pour les praticiens par les institutions elles-mêmes tant sur le plan personnel. “Quand un patient me demande à l'amitié de ‘ Facebook ’, mon hôpital dit qu'il n'acceptera pas, mon assureur aussi, mais à la fin j'accepte tout, parce que ma mission en tant que médecin est de soulager leurs souffrances”, Express.

Dr Jadad a conclu son exposé en rappelant ces médecins qui ont payé une attention toute particulière à la lutte contre la maladie, le modèle de diagnostico-cura, mais ils ont oublié d'apprendre le patient. “Il y a à faire des choses avec les patients, pas pour les patients”, affirme.

Telecinco.es [en línea] Madrid (Espagne): Telecinco.es, 01 en décembre de la 2011 [Réf. 29 Novembre de 2011] Disponible sur Internet:

http://www.telecinco.es/informativos/sociedad/Experto-cientificos-sociales-beneficio-pacientes_0_1513649290.html